L’aboutissement de la saison athlétique se concrétisait par les Championnats de France pour certains gabsiens. Ce fut le cas d’Alicia Alexandre (300m cadettes) et Charles-Edouard Morel (saut en hauteur et 400m haies espoirs) chez les jeunes et de Romain Flambard chez les adultes (400m haies).
Pour ce dernier, les Championnats de France Nationaux se déroulaient à Tourlaville (50). A Tourlaville il allait pouvoir compter une fois encore sur le soutien de ses athlètes venus l’encourager presque à domicile. Ils étaient quelques uns à avoir fait le déplacement. Les conditions furent clémentes jusqu’à la levée d’un vent fort qui sévissait dans le deuxième virage, endroit clé sur 400m haies. Le coureur expérimenté du GABS dut s’adapter et c’est ce qu’il fit durant la course (changement de jambe à la première haie, nombre de foulée réduit sur le premier intervalle et modification plus précoce du schéma tactique à la 6 e haie) mais le vent trop violent ne lui permis pas d’être au niveau suffisant pour passer cette année en finale. Le niveau de performance ayant également fortement augmenté dans cette discipline cette année, il fallait faire la course parfaite pour passer le tour suivant. La quête de la perfection physico-tactique restera le leitmotiv pour l’an prochain.

Une semaine plus tard, pour les jeunes à Narbonne, les ambitions étaient simples : passer en finale et réaliser des performances proches de son record. C’est un long championnat pour Charles-Edouard Morel puisqu’il faudra rester quatre jours durant en Languedoc-Roussillon. Avec plus de 2000 kilomètres au compteur de déplacement et une chaleur écrasante, ces Frances Jeunes furent éprouvants. Ils le furent également en émotions puisque le vent véritable poison du coureur de 400m haies s’était invité aux Parc des Sports de Narbonne. Malgré le mur pare-vent construit, tramontane oblige, les rafales étaient fortes et les coureurs durent faire appel à toute leur science de course. C’est ce que fit Charles-Edouard athlète complet ,ambidextre quand il s’agit de passer les haies. En séries, l’athlète du GA Basse Seine a su batailler pour aller chercher une place en finale B en réalisant 54’’29, malgré un début de deuxième virage peu convaincant. En finale, le lendemain, il fera preuve d’une belle intelligence de course et corrigera les légers défauts de la veille et s’adaptera également au vent pour atteindre un niveau de performance qui le classe à la 10 e place avec 54’’03. Lui qui fut blessé durant plus d’un mois et ne reprenait la compétition que le 7 juillet dernier, finit la saison mieux qu’on ne pouvait l’espérer. « Je suis content, j’ai réussi à me faire plaisir en finale. J’aime quand on peut se bagarrer dans la dernière ligne droite. J’ai retrouvé des sensations. ». On peut estimer que si le vent avait été moins fort, il aurait été largement en dessous de son record acquis lors du rendez-vous des passionnées du 400m haies au célèbre meeting international de Tarare (Rhône-Alpes). En hauteur, Charles-Edouard se qualifie en finale en franchissant 2m02. Mais un tendon sous-rotulien récalcitrant, l’empêchera de défendre ses chances et il ne pourra véritablement sauter en finale.

Pour sa première participation à des Championnats de France Alicia Alexandre a quant à elle, bien défendu ses chances puisqu’elle réussit à rentrer en finale B. Elle réalise un chrono proche de son record malgré un vent sur la première ligne droite qui empêchait de bien acquérir sa vitesse en première partie de course. Avec 41 secondes 93 en série, Alicia était au niveau qui est le sien. En finale B le lendemain, les jambes sont déjà plus lourdes et le scénario ne sera pas tout à fait le même. N’ayant jamais enchaîné deux tours dans un grand championnat Alicia verra ses adversaires s’éloigner et la fin de course sera difficile. Ce sera un axe de progrès évident pour l’an prochain. Ces championnats sont toujours des occasions d’apprendre pour tous (entraîneurs et athlètes). Ce fut une fois de plus le cas.