Pour sa 15e participation aux Frances Charles-Edouard Morel a été inspiré. Deux ans auparavant les Frances s’étaient déjà déroulés à L’INSEP mais la réussite n’avait pas été au rendez-vous puisque Charly avait échoué à des barres inférieures à son potentiel de l’époque. Ce dimanche 25 février il fallait être levé à 5h00 du matin pour respecter le phénomène de « réveil musculaire » et être prêt à 9h25 pour les séries du 60m haies espoirs. Notre gabsien se présentait avec le 28 temps sur les 29 engagés. La série est stressante et les incidents de départs se multiplient. La tension augmente avec les minutes qui passent derrière les starting-blocks. Même Samuel Coco-Viloin habitué des championnats à haute pression partagera son stress avec Charly après la course. Après quelques instants de déconcentration dans l’attente du jugement des starters lors du deuxième faux départ, Charly se remet dedans et une fois n’est pas coutume partira dans le gros des troupes lorsque le coup de pistolet est donné. Charles-Edouard Morel finit 3e de sa série et se qualifie ainsi pour les demi-finales en 8’’57 grâce à un cassé décisif sur la ligne (le 4e concurrent réalisant 8’’60). Trois heures plus tard en demi-finales, le gabsien réussira à réitérer son record en courant également en 8’’57. Un des aspects intéressant en vue de la saison estivale sont les progrès réalisés sur la qualité du départ et sur le franchissement des obstacles. Les réceptions post-obstacle sont quant à elles encore à travailler.

Samuel et Charly prêts à en découdre dans le respect.

Une fois les demi-finales passées, il faut gérer le temps d’attente qui est de 1h30. C’est un temps difficile à planifier car la tension doit redescendre pour ensuite être quasiment aussitôt réactivée pour le prochain défi : le concours de saut en hauteur. Charly n’est pas dedans en début de concours. La tension nerveuse des 60m haies se fait ressentir et a laissé des traces. Le concours de perche se déroule en même temps que celui de hauteur et la configuration des sautoirs perchistes et sauteurs en hauteur partent sensiblement au même endroit. Cela à amener beaucoup de souci de concentration à Charly. Première barre : 1m90. Charly franchit au deuxième essai. Impasse à 1m94. Et puis ensuite le stress apparaît car Charly ne passe 1m98 qu’au 3e essai. On est passé pas loin de la catastrophe. C’est la bagarre psychologique sur chacune des barres suivantes car Charly est très bien en jambe mais à des difficultés à se mettre dedans. Heureusement son caractère de combattant et de compétiteur vont lui permettre de franchir 2m02 au 3e essai. Le concours prend tout à coup une autre tournure. Ils ne sont plus que 8 après cette barre décisive. L’objectif est atteint pour Charly et il peut se lâcher. C’est ce qu’il fera en franchissant une barre à 2m05 de fort belle manière (assez largement). Damien Fitte-Duval, l’un des prétendants au podium sort à 2m05. D’un rapide calcul on s’aperçoit alors qu’ils ne sont plus que 4 dans le concours. Pierre Puyjalon d’Aix en Provence franchit lui aussi 2m05. Charly et lui sont donc tout deux à la troisième place puisqu’ils échoueront tout deux à 2m08. Le décompte des essais fera la différence en faveur du sudiste.
Charly n’est pas loin de réaliser le hold-up parfait puisqu’il finit 4e espoirs français en effaçant à la manière d’un outsider une barre à 2m05 alors qu’il se présentait avec l’avant-dernière place des présents au concours. Un gain de 10 places.
C’est tout de même avec beaucoup de satisfaction que nous repartirons de l’INSEP. Le bilan est plutôt positif et une fois de plus Charly a été un compétiteur exceptionnel.


Plus d'une corde à son arc le Charly...