Comme souvent en athlétisme cela s’est joué à quelques détails. Adrien Peralta réalise une belle série et résiste bien psychologiquement au fait d’être attendu. En effet tout le monde l’attendait en finale, les copains, la famille avaient réservé leur samedi jour de finale. Comme il le dira ensuite pour la finale « tu sais que tu cours pas tout seul ».  Adrien fait donc une belle série où il applique le plan de marche qu’il a élaboré peu à peu au fil des courses de la saison. Premier de série en 49’’08 il est directement qualifié en finale. Il est soulagé, la pression redescend d’un cran. Le lendemain en finale il se présente à l’offensive dès le début de course, appuyant légèrement plus dans la ligne droite opposée. Il est parti pour jouer la gagne. Le virage est bon. Adrien coince un peu dans la dernière ligne droite et ses concurrents n’attendaient que cela pour se glisser vers le podium. Il termine 4e mais tout de même satisfait car sans regret et avec le sentiment d’avoir joué sa partition comme il l’entendait. Surtout l’énorme satisfaction de « ne pas courir tout seul »  et il est vrai que tous ont vibré de le voir ainsi se jeter à la conquête du titre sans férir.

Au tour de Yanis Gimay de se lancer sur 400 m haies. Il arrive avec très peu de courses dans les jambes. Empêché par une déchirure à l’adducteur pendant des mois, il a enfin trouvé avec son entraîneur la clef vers la guérison et réussi à courir il y a seulement 4 semaines auparavant. Peu à peu il reprend pied et réussit à retrouver un semblant de rythme sur les courses. Yanis s’élance donc et se retrouve dès le deuxième obstacle sur la jambe gauche qu’il affectionne un peu moins. Heureusement il s’était préparé à l’entraînement à cela et la course se passe correctement. Mais correctement ce n’est pas assez aux Frances. Il sera 9e chrono est donc non qualifié pour la finale de 8. On découvrira ensuite en visionnant la vidéo qu’il avait enlevé une foulée dans le premier intervalle. Signe qu’il avait tout tenté et qu’il pourra revenir plus fort l’année prochaine. Il lui a juste manqué quelques courses préparatoires pour être au top.

Adrien et Yanis ont donc joué leur carte à fond et c’est bien là l’essentiel. Ils ont démontré une fois de plus qu'ils sont des garçons de caractère et des compétiteurs hors-pairs. Ils auront encore beaucoup appris sur eux-mêmes et sur les autres lors de ces championnats et c’est ainsi que se construisent les réussites.