Premier Cross 2006-2007 au GABS

Le samedi 11 novembre, le GABS a débuté sa saison de cross-country 2006-07 par le
Challenge Carrington à Louviers. Plus de 1500 licenciés, dont 28 athlètes du GABS et 17 du CSG en sortie commune, se sont rendus au stade de la Plaquette pour participer à la plus ancienne épreuve française. Ils y remarquent un grand absent. Après 40 ans de carrière, qui l’ont vu s’illustrer jusqu’au niveau international, Christian Geffray, ancien Gabsien, est contraint à ranger ses pointes.
Le départ des courses pour cette 69ème édition était inversé par rapport au passé, afin de proposer un sol plus ferme. Effectivement, la pluie matinale n’avait pas réussi à dégrader le parcours, et cède la place à un soleil timide au fil de l’après-midi.
Un succès individuel pour le GABS ne tarde pas à venir, lorsque Justine Baron atteint la ligne d’arrivée 40 mètres devant la deuxième poussine. Ensuite, François Barbaray termine dixième des 105 poussins. Par contre, la benjamine Orlane Grenier voit sa 14ème place comme un échec. En tentant le tout pour le tout, elle explose en plein effort. Morgan Jeanvoine est 20ème chez les benjamins, et Jeanne Lamy finit 42ème minime derrière deux Gravenchonnaises. Kévin Lebaillif, lui aussi minime cette saison, dispute longtemps la troisième place, avant de s’incliner. Toutefois, il se classe mieux qu’en 2006. D’ailleurs, ses co-équipiers Vincent et Alexandre le suivent d’assez près pour que la deuxième marche au podium leur soit assurée. Julien Baron est 47ème sur 71 cadets. Jérémy Picard, semble physiquement plus costaud cette saison, et termine une course, souvent balayée par des rafales, par un sprint le long de la ligne d’arrivée. Xavier Faucon, junior première année, prend encore ses repères sur la distance, et termine 3 places plus loin. Céline Leroux se situe au milieu du peloton réunissant juniors-espoirs-seniors et vétérantes, tandis que c’est à nouveau Nicolas Lemoine qui mène nos seniors hommes, suivi de messieurs Quesnel, Vauchel, et Joignant, dans une course de 9151 mètres, conduite, à 20 kilomètres à l’heure de moyenne, par le kenyan Melly. Pierre Vallin est obligé à abandonner, mais l’équipe est intacte, et se classe 6ème. El Khadraoui, du CSG. est 9ème Il a encore un an chez les seniors, puis….
Gérard Boivin sait ce que c’est d’être vétéran depuis maintenant 10 ans. En se classant 18ème sur 98, il montre qu’il a encore des forces pour contrer les performances de ses concurrents plus jeunes.

Voici les résultats des Gabsiens :

Poussines / 114 1ère-Justine Baron, 43ème-Charlotte Grieu, 44ème- Margaux Fercocq
Poussins / 105 10è-François Barbaray, 71è-Mattis Hauchecorne, 104è-Thibault Dubuc
Benjamines / 91 14è-Orlane Grenier, 53è-Sophie Perrel
Benjamins / 73 20è-Morgan Joinville, 39è-Simon Leplat, 52è-Mael Lesomptier
Minimes F / 55 42è-Jeanne Lamy, 54è-Cathy Perrel
Minimes G / 65 4è-Kévin Lebaillif, 8è-Vincent Leplat, 12è-Alexandre Le Guern, 26è-Richard Barray, 53è-Simon Feray
Cadets / 71 47è-Julien Baron
Juniors / 27 6è-Jérémy Picard, 9è-Xavier Faucon
J-E-S-Vétéranes / 65 32è-Céline Leroux (10è espoir)
Seniors H / 84 26è Nicolas Lemoine, 35è-Aurélien Quesnel, 62è-Wilfried Vauchel, 64è-Mickael Joignant
Vétérans 18è-Gérard Boivin, 98è-Barry Holmes

Ainsi que les classements par équipe :

Les Poussines : 8èmes sur 22, à 2 points du SPN Vernon
Les Benjamines : 7èmes sur 11, à 2 points du SPN Vernon !
Les Minimes G : 2èmes sur 6
Les Seniors H : 6èmes sur 8


Ecrit par Romain le samedi 11 novembre 2006
Lien permanent

Une rentrée bien remplie au GABS

L’équipe du GABS aux France de Relais sur 4 fois 400m
(de G à D, Anthony David, Charles-Edouard Morel, Marc-Antoine Calle et Romain Flambard)

La saison d’athlétisme est lancée de belle manière au GABS puisque nos gabsiens ont couvert pas moins de 4 compétitions en trois week-end.
Le 1er octobre avait lieu le Challenge d’Automne permettant aux clubs de lancer leur saison et aux nouveaux licenciés de s’essayer à la compétition. C’était également le support des Interclubs Jeunes et l’alliance GABS-CSG a pu ici passer un premier test puisque le CSG désormais section locale du GABS courait sous les couleurs du GABS .Les équipes jeunes ont ainsi été mixtes entre les deux clubs. Pas de souci particulier, les compositions d’équipes ont été réalisées très facilement en fonction des forces des deux sections. Lors de cette journée, Lucile Bouteiller très en jambe en ce début d’année devait réaliser le record du club en améliorant sa propre marque de près d’une seconde et demi en courant le 300m cadettes en 45’’79 secondes. A l’issue de cette journée le GABS présentait ses équipes de relais sur 4 fois 400m afin de tenter des qualifications aux Frances de Relais. En courant en 3’26’’81, l’équipe emmené par Romain Flambard et son groupe d’entraînement, gagnera sa série avec plus de dix secondes d’avance sur ses concurrents et apprendra la semaine suivante qu’elle est qualifiée aux Frances à Evry Bondoufle.
Le samedi 7 octobre, c’était aux jeunes catégories de participer à la première compétition. Pour certains c’était bien sûr la première compétition de leur jeune carrière et on peut dire sans se tromper que ce fut une expérience très positive pour tous. La première étape du Challenge Tribu se déroulait donc à Lillebonne sous le soleil et dans le bon esprit qui est la caractéristique de toute compétition d’athlétisme. Pas moins de 215 jeunes athlètes en ont donc décousu dans le fair-play le plus total.
Dès le lendemain, les adultes participaient à Vernon à la Finale du Challenge Pouchet-Gaz de France afin de conforter leur place dans les bilans haut-normands. Une journée ventée qui a quelques peu restreint le nombre de bonnes performances mais où les Gabsiens n’ont pas démérité. A noter qu’Audrey Poulain participait ce même jour à Montreuil aux journées nationales jeunes de la marche.
Et enfin pour finir en beauté nos relayeurs participaient ce samedi 14 octobre aux Championnats de France de Relais à Evry Bondoufle. L’équipe constituée de Marc-Antoine Calle, Charles-Edouard Morel, Anthony David, Romain Flambard et Antoine Flambard (en tant que remplaçant) se présentait pleine d’envie à ces championnats. L’arène de Bondoufle a tout de suite inspiré les gabsiens dès leur arrivée et l’état d’esprit était au beau fixe. Après un échauffement où la concentration augmentait peu à peu, ce fut en chambre d’appel que les choses furent décisives. Cet espace où les athlètes sont réunis avant de rentrer sur la piste est un endroit décisif dans les grands championnats, beaucoup de victoires se jouent ici. Les énergies se focalisèrent pour nos gabsiens et leur motivation décupla à vue d’œil. Faire le meilleur chrono possible pour avoir une chance de passer en finale. Au terme d’une course parfaite où chacun a couru au delà de ses possibilités, nos gabsiens attendaient les yeux rivés ensemble vers le panneau lumineux en haut du stade avec le sentiment d’avoir réalisé un belle course. Les lignes apparaissaient sur l’écran et le chrono électrique tomba pour notre équipe. 3’22’’42, nouveau record du club !! La joie était là. Objectif atteint : courir le mieux possible. La place en finale aurait été un bonus qui aurait ravi nos concurrents mais l’ultime surprise n’aura pas lieu. L’équipe arrivée aux championnats avec le 18e temps, repart en 12e position en améliorant ce chrono de 4 secondes ce qui constitue une belle performance et une capacité à être présents lors des grands rendez-vous.


Ecrit par Romain le samedi 14 octobre 2006
Lien permanent



Point de vue de l'autre côté de la barrière

Voici un extrait d'un célèbre journal sportif du 6 juillet 2001, Stéphane Diagana y exprime ses motivations. Il m'a paru judicieux de le retranscrire ici car il me semble décrire de brillante façon l'état d'esprit permettant d'aborder la pratique sportive et le type de motivation qui devrait être bien plus mis en avant dans les clubs. Je crois que c'est le cas du GABS, nous pronons une pratique athlétique orientée vers le développement d'un individu équilibré, serein, éprouvant du plaisir à pratiquer et à se dépasser dans le respect de l'adversaire et de soi-même.

Ça va se passer dans quelques heures ou dans quelques instants. Le Stade de France sera gros de plus de 60 000 personnes. De la fièvre, du bruit, l'air vibrera d'une tension singulière. Il sera bientôt 20h35. Alors ils sortiront de la chambre d'appel, le pas lent et le regard au-delà des gradins, déjà dans un autre monde. Il y aura bien entendu une attention particulière pour Stéphane Diagana.

On attendra beaucoup de lui, notamment après sa course d'avant-hier à Lausanne en 48"08, chargée de toutes les promesses d'un nouveau podium mondial même si Angelo Taylor, sympathique poupin venu d'Amérique qui l'a précédé en Suisse, est aujourd'hui numéro 1 de la discipline. Oui, il y aura Taylor, il y aura la foule des grands soirs, il y aura l'appel de la victoire, et pourtant Stéphane Diagana n'aura pas le diable dans la bouche ni l'âme d'un guerrier.

Du plus loin qu'il se souvienne, jamais il n'a vécu la compétition comme un combat. "J'en ai trés vite fait une affaire personnelle. Ce qui m'intéressait, c'était de connaître mes limites. La compétition est devenue, selon moi, un prétexte pour tendre vers le meilleur. Ce n'est pas une guerre contre les autres."
L'évolution de son parcours vers le plus haut niveau ne changera rien à cette conception socratique du sport. "Il ne faut pas devenir autiste, simplement parce que le continuum c'est toi, c'est ton parcours, un parcours initiative dans lequel les adversaires, eux, changent. Mais toi les problèmes seront toujours là. Et c'est à travers eux que tu te construis. On passe tellement d'heures à l'entraînement...Si tout cela ne te permet pas de te réaliser, alors c'est une partie de ta vie que tu rates." D'accord Stéphane, mais dans les quelques minutes que tu vas vivre là, ces gars autour de toi, Taylor, Carter, ce sont tes adversaires. "Mais sans eux, ce serait moins riche, je les remercie de s'entraîner dur, cela m'amène moi-même à aller plus loin."

Même dans les startings-blocks, pas la moindre animosité à leur égard ?
"On a, d'abord, besoin du regard sur soi-même alors le moindre coup d'oeil sur le voisin c'est déjà moins d'attention sur ce que l'on fait. La performance se fait dans son couloir. Lorsqu'on lit les interviews de Tiger Woods, on voit qu'il ne se préoccuppe pas des autres mais uniquement sur sa tâche."

Certes mais on ne peut, quand on participe à un meeting, renier l'idée de compétition...
"J'aime la compétition. Cette idée du rendez-vous qu'on vous impose le jour J à l'heure H. J'ai envie de battre les autres mais il n'y a aucune haine dans ma démarche. D'autant que si je me focalise sur un mec que je n'apprécie pas, je vais essayer de le reprendre tout de suite et cela peut m'amener à commettre des fautes. Si l'on veut battre autrui, il faut d'abord se concentrer sur soi-même. Et en cela il y a un décalage total entre ce que les gens vont voir et ce que nous, avec Taylor, allons vivre dans la course. Moi je vais essayer de partir vite, plus vite qu'à Lausanne car ma marge en fin de course sur lui qui finit trés fort n'était pas suffisante. Je vais me concentrer sur mes 1er et 2e haies que je n'avais pas bien négociées avant-hier et ensuite tenir de façon fluide mes treize foulées jusqu'à la 8e haie pour ensuite franchir les deux derniers intervalles en quatorze foulées. Lui il va penser à sa technique, à sa fin de course. Les gens vont voir un duel alors que, nous, nous serons seulement confrontés à nos problèmes." Et puis il y aura un vaiqueur. " Le malentendu persistera parce que pour nous, la satisfaction viendra de ce que nous avons réalisé en fonction de nos possibilités. Et pas forcément en fonction de la place. Moi, ma plus grande satisfaction pour l'instant, ce ne fut pas mon titre mondial en 1997, mais ma 4e place au championnat du monde à Stuttgart en 1993, parce que c'est là que j'ai atteint mon plein potentiel, où j'ai déployé le plus d'engagement et de générosité. Le bonheur n'est pas lié au classement. C'est toi qui donne la valeur aux choses. Et ce n'est pas forcément le premier le plus méritant. J'ai plus de respect pour un 5e qui est allé au bout de son potentiel qu'un gars pétri de talent qui n'en a exploité que 20%.
Malheureusement ce n'est pas cette perspective du sport qui est généralement admise et diffusée. On préfère présenter le sport comme une guerre moderne. Et c'est pour cela que des personnes comme Albert Jacquard que j'apprécie énormément, n'aime pas le sport parce qu'il attise la haine, l'opposition entre les peuples. Simplement parce qu'on ne lui montre pas cette autre façon de concevoir la compétition. Elle est aussi une autre façon de connaître les autres."


Ecrit par Romain le vendredi 28 juillet 2006
Lien permanent

Oui il y a une vie après l'entorse de la cheville

Avant-propos :

Avant tout je tiens à préciser que cet article est l’occasion d’un partage d’expérience et qu’il faut avoir l’avis d’un médecin, d’un kinésithérapeute, d’un ostéopathe ou de toute autre personne compétente. En effet s’il ne s’agit pas d’une entorse de la cheville ou si celle-ci n’est pas bien remise en place, l’utilisation des exercices proposés peut s’avérer désastreuse. Consultez avant.

Une entorse de la cheville comme toute blessure nécessite une rééducation et une rétablissement de sa fonctionnalité normale. Ceci passe par un travail approfondi et régulier. Les sollicitations effectuées sur la partie convalescente permettront ainsi aux tissus, au système nerveux et éventuellement au système osseux de cicatriser de façon fonctionnel et durable. Sans ces précautions la guérison sera partielle, voir afonctionnelle et bien souvent instable.
Voici donc quelques exercices de terrain (il s’agit avant tout d’un recueil de ce qui fonctionne sur le terrain et à un sens à mes yeux. Ce n’est en aucun cas un exhaustif médical). Les exercices sont décrits par ordre de difficulté et de sollicitation. Il est d’autre part très important de travailler les 2 chevilles car souvent on compense en s’appuyant plus sur l’autre donc il est important de la renforcer elle aussi.

1/ La marche :

Aussi simple que cela puisse paraître la marche est une des premières étapes. Il faut au regard des derniers avis médicaux se remettre à marcher le plus précocement possible.
Deux éléments de progressivité sont à préciser.

Si la marche est trop difficile ou si vous sentez que votre cheville est encore trop faible pour supporter de trop longues incursions debout, il reste deux solutions :
- La marche avec béquilles.
La marche s’effectue alors presque normalement. Les béquilles sont alors uniquement là pour soulager légèrement la cheville. On essaie de limiter l’action des béquilles mais elles sont présentes.
- L’utilisation intermittente des béquilles.
Vous démarrez la journée vos béquilles (le temps que le réveil s’effectue). La fin de matinée et le début d’après-midi s’effectue sans béquilles. Puis les béquilles sont imposées en fin d’après-midi et jusqu’à la fin de journée. Forcez-vous à suivre ce rythme quelques jours.

2/ La mobilisation passive :

Vous prenez un peu de temps le soir, en fin de journée pour faire effectuer à votre cheville le tour du cadran. On s’assoie, on pose sa cheville sur son autre genou et on mobilise son pied de toutes les directions avec ses mains. Insistez là où ça fait mal et où c’est raide.

Lorsque cela vous sera possible il faudra réaliser cet exercice debout avec votre poids de corps. Debout vous ferez faire des tours à votre cheville en pesant à votre mesure sur la cheville convalescente (prévoir des meubles ou des chaises pour se rattraper au cas où….). On insiste en restant un peu plus longtemps sur les angles qui font mal.

Autre exercice : aller s’asseoir sur ses talons (en essayant de garder les pieds à plats si possible). On essaie de rester en équilibre assis sur les talons.

3/ Les exercices de proprioception.

Effectuez-les avant l’exercice de mobilisation. C’est plus prudent.

Debout en équilibre sur votre cheville. Vous patientez quelques instants et le travail va commencer tout seul. Il s’agit très simplement de rester en équilibre le plus longtemps possible (genre une minute ça sera suffisant).
Cet exercice peut s’effectuer en soulevant légèrement le talon soit continuellement, soit de temps en temps.

Idem mais les yeux fermés.

En équilibre sur votre cheville, face à un mur (à 2m). Vous prenez un médecin-ball (à défaut on peut prendre un ballon de basket ou une balle quelconque mais cela est moins efficace) et vous le lancez de façon répétée sur le mur. Vous devez rattraper ce projectile en étant toujours en équilibre sur un pied. Effectuer des séries de 20-30 répétitions environ.

4/ Les exercices de musculation :

Ils sont à effectuer avec la plus grande prudence et une concentration importante. Un mouvement mal ajusté pourrait vous faire très vite repartir à zéro.

Effectuer sur le bord d’une petite marche des flexions de cheville.
Vous êtes donc l’avant-pied sur la marche en question. Vous allez chercher à pousser sur la marche pour pouvoir faire monter le talon à la verticale. Pour que cela travaille bien il faut essayer d’enchaîner les répétitions. Des séries d’une dizaine de flexions sont suffisantes. Si l’exercice est trop difficile au début, réaliser l’exercice à deux pieds.

Effectuer des petits cloches pieds sur place en vous déplaçant légèrement en cercle. Lorsque vous avancez dans votre rééducation les cercles sont un peu plus grands. N’oubliez pas de les faire dans les deux sens.
Par la suite il se feront en avançant.

Course en zigzag.
Il s’agit là de courir en zigzag.
a) Le pied droit se porte sur la gauche et inversement le gauche sur la droite. En fait vous croisez vos pieds à chaque zigzag. Cela permet de ne pas effectuer de contraintes trop importantes au départ sur l’extérieur de la cheville.
b) La course en zigzag s’effectue de façon classique. La trajectoire est de plus sinueuse au fil des séances de rééducation.

Pas chassés :
Cet exercice classique peut sembler inoffensif de prime abord. Il n’en est rien. La vigilance est de mise. Une cheville encore fragile peut partir très vite de nouveau à l’entorse si la fatigue est présente.
On effectuera ses pas chassés des 2 côtés et avec de plus en plus d’amplitude au fil des séances.

Travail avec planche de proprioception.
Il faut avoir fabriqué son petit matériel. Une planche en bois munie une boule sous son centre (la planche sera de préférence de découpe ronde)

Arrêt sur cheville.
Prenons l’exemple d’une cheville droite convalescente. L’exercice consiste à effectuer des pauses sur cette cheville. Je fait un appui gauche puis un appui droit etc…à chaque fois que je me retrouve sur le droit je m’arrête 2-3 secondes sur cet appui.

Type gainage.
En appui sur le coude et la cheville convalescente. Soulevez légèrement le talon. Un travail des abdominaux s’effectue en même temps.

A vous d'inventer vos exercices, ils sont encore nombreux. Envoyez les moi je me ferai un plaisir de les tester. Seul consigne: soyez attentif et respectez vous.


Ecrit par Romain le vendredi 28 juillet 2006
Lien permanent

Les Etirements

Voici quelques positions d'étirements passifs que nous pratiquons.
Les étirements sont un des axes majeurs de la formation du jeune athlète. La souplesse fait partie des qualités physiques essentielles à la bonne réalisation des performances athlétiques. Un profond débat a toujours eu lieu sur les étirements et la façon dont on les faisait réaliser. Je reste cependant persuadé de par ma pratique intensive et de par les témoignages d'expériences du monde de l'athlétisme que les étirements sont un pan essentiel de la préparation athlétique. Je pratique pour ma part ces étirements passifs à la fin de l'entraînement et jamais avant (pour des raisons physiologiques mises en avant par Gilles Cometti entre autres raisons).
La plaquette présentée ici n'est bien évidemment pas à vocation exhaustive, il manque beaucoup d'étirements que nous pratiquons.
Les positions d'étirements seront tenues pendant des périodes de 6 secondes, 12 secondes ou plus de 30 secondes (le temps varie en fonction de l'intention et du travail déjà réalisé durant la séance) . Il est également très important d'associer étirements et respiration car celle-ci apporte lors de l'expiration un relâchement bénéfique.
Ces photos ont été prises lors du Mini-stage du club pendant les vacances de Pâques. Merci à nos petits athlètes (futurs grands athlètes) d'avoir joué le jeu !!

Ischios Jambiers.


Dos droit. Jambe tendue.
Bras opposé à la jambe tendue qui vient pointer vers le pied.
On visitera les différents faisceaux musculaires en changeant l'orientation du tronc (et donc en changeant de bras éventuellement).
Le dos droit on se penche vers la jambe tendue en recherchant l'étirements derrière la cuisse.
Traditionnellement cet étirement est proposé en utilisant la position du hurdleur franchissant sa haie. Personnellement pour des raisons anatomiques je place l'autre jambe en tailleur pour éviter de mettre le ligament latéral interne du genou en porte-à-faux.

Quadriceps


Dos droit (on rentre le ventre pour bien cibler l'étirement !).
On tire le genou fléchi vers l'arrière.
Cet étirement permet également d'étirer légèrement le jambier antérieur.
Je préfère que les athlètes réalisent cet étirement debout sans se tenir à quelque chose car ainsi on en profite pour faire travailler la proprioception au niveau de la cheville.


Les jumeaux.


L'athlète va chercher à faire avancer son bassin vers le l'avant et le bas en gardant le talon est posé au sol.
Pour étirer le soléaire, cet étirement doit être réalisé genou légèrement fléchi au départ.

Pyramidal et fessiers.


Dans la position, venir plaquer son genou sur sa poitrine en restant dos droit. Pour que cela tire un peu plus on peut mettre son autre jambe en tailleur (voir la photo de Thomas juste en dessous)


Adducteurs.


On rapproche au maximum les pieds du bassin puis on travaille en appuyant avec ses coudes sur les cuisses (ou avec l'aide d'un partenaire). Le dos est bien droit.

Ischios Jambiers.


On pratiquera cet étirements de trois façons de façon à bien visiter les différents faisceaux musculaires. Pour cela il suffit de varier l'angle du pied au sol. Trois positions: Pied parallèle à la jambe tendue étirée/ Pied à angle droit ouvert l'extérieur / Pied légèrement tourné vers l'intérieur.
(sur les photos seules les 2 premières positions sont présentées)


Pyramidal et Fessiers


On veillera à garder les fesses parallèles au sol.
Le genou qui est en l'air doit être un peu avancé vers l'avant pour l'étirement ait lieu.

Adducteurs et Ischio jambiers


Il s'agira à partir de cette position de se pencher à l'avant le dos droit. Si on arrive à tenir ses pieds le travail est rendu plus efficace (sinon on demandera à un camarade de nous tirer les bras vers le haut et l'avant). Pour travailler sur les ischios jambiers on orientera son tronc vers la jambe voulue et on se penchera dessus dos droit.

Mollets.


Le pied en position relevée on va avancer le bassin vers l'avant.

Psoas-iliaque


En position fente genou au sol, on va chercher à se grandir bras tendus en avançant le bassin vers l'avant et le bas (vers le pied au sol devant, en fait).


Ecrit par Romain le vendredi 28 juillet 2006
Lien permanent

Préfrance Jeunes à Tourlaville 01 et 02/07/06: Des Gabsiens en lice pour les championnats de France

C’est avec des ambitions que les jeunes gabsiens ont fait le déplacement à Tourlaville pour les Préfrances Jeunes qui se déroulaient à Tourlaville (50) les 1er et 2 juillet. C’était en effet la dernière occasion pour les jeunes athlètes de décrocher des minimas synonymes de qualification aux Championnats de France. Pour d’autres c’était quasiment leur dernière compétition et l’envie était de finir en beauté avec un record personnel.
Charles-Edouard Morel de retour de blessure (déchirure aux ischios-jambiers, il a été convalescent pendant plus d’un mois et demi) rechaussait enfin les pointes pour tenter se qualifier sur sa discipline de prédilection le 400m haies où il fut finaliste l’an passé à Charléty aux Frances. Il s’acquitta de sa tâche sans souci puisant dans son expérience déjà importante des grands rendez-vous. Il réalise les minimas D (directs) qui lui assure sa place pour Dreux en bouclant en finale son tour de piste en 54’’77. Manquant de course et ayant été perturbé durement dans sa préparation, il n’est pas à son niveau mais l’essentiel est assuré. Il restera maintenant à tirer le maximum d’enseignements de ces Préfrances afin d’essayer de faire une fin de saison honorable.
Anthony David avait déjà réalisé les minimas pour les Frances au cours de journées qualificatives précédentes mais se devait de faire baisser son chrono pour augmenter ses chances d’être qualifié. C’est ce qu’il fit en 2e journée avec un 50’’03 où il fait une dernière ligne droite très solide. Malheureusement cela ne sera pas suffisant pour aller à Dreux semble-t-il (les listes viennent de sortir).

Antoine Flambard lui non plus n’était pas venu pour faire de la figuration. Il réalise sur les deux journées deux courses où l’audace et la motivation ont été la marque de fabrique de ce jeune athlète. Il réalise son record personnel en série avec 43’’71. Le lendemain, malgré des jambes un peu lourdes de la veille, il décide de tenter un autre schéma de course en partant encore plus vite et en changeant de pied de départ. La tactique lui fut profitable puisqu’il signe encore un chrono sous les 44 secondes (43’’93) et finit second de l’interrégion. Il a donc répondu présent au moment où il fallait, ce qui correspond tout à fait à la définition d’une performance (performance: réaliser une prestation physique à un moment prévu et dans un contexte compétitif). Après une quarantaine de consultation (une toute les heures environ) du site internet de la FFA, nous apprenons ce mardi soir qu'il est qualifié. Une belle récompense pour cet athlète qui n'a pas loupé un entraînement de l'année.

Pierre Vallin (5000m), Olivier Catelain (200m), Jérémy Picard (3000m steeple), auront également répondu présents puisqu’ils réalisent (ou égalent) tous leur record personnels.
Kévin Bihan Aucomte fera quant à lui un concours de marteau assez moyen mais restera tout de même à son niveau actuel avec un jet à 36m86.
En revanche il y aura moins de réussite pour les jeunes femmes du GABS puisque ces dernières réalisent presque toutes des performances assez moyennes. Il est à signaler que c’était pour toutes leurs premiers préfrances et que se qualifier était déjà pour certaines une performance. Lucile Bouteiller ayant subit de nombreuses blessures et souffrant actuellement d’une élongation au moyen adducteur n’a pu véritablement défendre ses chances. Elle réalise 47’’31 (ce qui n’est finalement pas si loin de son record) au terme d’une course douloureuse.
Marion Lefebvre et Marion Graindor ne parviendront pas à hausser leur niveau de performance. Marion Lefebvre s’arrêtera en série dans un chrono de 68’’31. Marion Graindor ira quant à elle en finale et réalisera 66’’93 où elle commettra une grosse faute au niveau du 80m final qui lui coûtera probablement plus d’une seconde à l’arrivée.
Julie Alliaume, pour qui c’était également les premiers préfrances, ne saura pas retrouver son meilleur niveau (13’’46) puisqu’elle réalise 14’’04 en série et 13 ‘’80 en finale.
Les prochaines échéances pour les Gabsiens sont les Championnats de France de Nationale à Lamballe pour Romain FLAMBARD les 8 et 9 juillet.
Une étape du challenge Pouchet se déroulera également à Maromme ce mercredi 12 juillet (départ à 17h du stade Bigot). Puis se seront les Championnats de France Jeunes les 14,15 et 16 juillet à Dreux.

Tous les résultats des Gabsiens sont consultables ici


Ecrit par Romain le dimanche 2 juillet 2006
Lien permanent


Belle Montée en puissance du GABS aux départementaux

Les athlètes de la région attendaient depuis le début de la saison des conditions atmosphériques propices pour réaliser leurs performances. Les athlètes du Groupement Athlétique de la Basse Seine n’ont pas loupé le coche et ont produit lors de ces départementaux des performances de bon calibre. Les sociétaires du GABS, dont un des points forts est depuis quelques années le sprint long et les haies basses, ont démontré lors de ces épreuves qu’ils étaient à la hauteur des attentes. En effet sur 400m Anthony David était venu pour tenter des minimas pour les championnats de France. Il a réalisé les minimas E en bouclant le tour de piste en 50 secondes 15 améliorant ici son record personnel de pas moins d’une demi seconde (ce qui en sprint représente un bond considérable). Espérons seulement qu’il pourra encore améliorer sa marque car les qualifications seront rudes cette année. Un autre athlète était venu pour tenter lui aussi les minimas, il s’agit d’Antoine Flambard sur 320m haies (l’équivalent du 400m haies pour les cadets). Il échouera de quatre centièmes en réalisant 44 secondes 24 centièmes. On peut donc dire que c’est un objectif réalisable cette année en apportant un peu de fluidité et en affinant les choix stratégiques. Sur 400m haies, une surprise attendait le jeune senior Marc-Antoine Calle car il pulvérisera son record personnel de plus de deux secondes et flirtera avec une performance de niveau nationale 3 à son grand étonnement. Sur 400m plat féminin, la jeune junior Marion Graindor qui fait cette année ses premières armes sur cette distance améliora son chrono de deux secondes également en bouclant le tour en 64 secondes 53.

La performance de la journée viendra de Romain Flambard spécialiste sur 400m haies. Ce dernier sort de sa période précompétitive pour trouver du rythme et amène avec lui un nouveau schéma de course qu’il compte expérimenter. Tout se déroule comme voulu et le chrono électrique indiquera 53 secondes 19 à l’arrivée. Cela restera la meilleure performance de la réunion avec 998 points. En établissant pour la première fois de sa carrière une performance de niveau Nationale 2, le voici hissé à la 22e place française et décroche son entrée pour les meetings nationaux. Le coureur du GABS se prépare ainsi pour les championnats de France de la meilleure façon possible.

En ce jour faste, les montées sur le podium n’ont pas manquées : sur 100m Marion Lefebvre fera 2e junior, sur 110m haies cadets Antoine Flambard finira 3e , Antoine finira également 1er sur 320m haies, en 400m espoirs hommes Anthony David finit 1er et en junior filles Marion Graindor est 3e, sur 400m haies Romain Flambard et Marc-Antoine Calle font le doublé en finissant 1er et 2e, 4 titres au lancer de marteau avec Francis Aucomte et Marc-Antoine Calle qui font 2e et 3e en seniors et Kévin Bihan-Aucomte et Jérémy Picard font 1er et 2e, au saut en hauteur, Xavier Faucon fait 3e en cadets et Jérémy Picard est 3e en junior. Julie Alliaume sur 200m, 2e en espoir, Nicolas Lemoine 3e sur 3000m steeple, Jérèm' (encore lui !) 2e sur 3000 steeple, et Xavier premier sur 1500 steeple, Damien Faucon fera également 3e en espoir au jav'.

Avec pas moins de 18 places sur les podiums, le GABS démontre ici qu’il est bien dans une spirale ascendante et que les performances s’annoncent bonnes pour la saison. Un des sommets de la saison devrait se dérouler lors du meeting de la Ville de Lillebonne organisé par le GABS le samedi 24 juin. Des athlètes de niveau national (dont de nombreux podiumés au championnats de France) s’affronteront pour le spectacle sur le saut en longueur féminin, le javelot masculin avec des lanceurs aux alentours des 70m, et des coureurs de 400m haies de niveau national.
Pour les jeunes l’échéance est plus proche puisqu’ils se déplacent à Vernon pour les régionaux minimes cadets ce dimanche 11 juin. Le bus passera à Gravenchon (place Pasteur) à 7h10, à Lillebonne à 7h20 et à Bolbec à 7h30.
Tous les résultats des Gabsiens sont consultables ici


Ecrit par Romain le dimanche 11 juin 2006
Lien permanent

Les Départementaux Jeunes (Benjamins Minimes ) au Havre le 25 mai 2006

Des départementaux jeunes difficile pour les passionnés d’athlétisme:
C’est dans des conditions pour le moins pluvieuses et très difficiles que nos benjamins et minimes ont vu l’ouverture de ces championnats départementaux individuels. Du vent, de la pluie, rien n’y a fait : nos jeunes athlètes n’en démordent pas et se lancent dans la compétition sans broncher. Les épreuves de haies et de saut en hauteur pourtant particulièrement très périlleuses dans ces conditions, n’ont pas fait reculer Cécile Ménager, Adèle Cigolini , Anaïs Delemer et Jordan Lebair. Ces premières se sont attaquées au 200m haies et récoltent d’ailleurs une médaille puisque Cécile montera sur la deuxième marche du podium. Jordan quant à lui s’adjugera la 3e place au saut en hauteur minimes. Et le GABS reviendra avec 5 autres podiums départementaux. Au lancer de disque, Loïc Gilles se classera 1er. Au lancer de marteau minimes, c’est Louis Aucomte qui finira 2e. Au lancer de marteau toujours mais dans la catégorie minimes filles, Julie Catelain finira 3e. Nous aurons également une deuxième place pour Kévin Le Baillif pour sa première expérience sur 3000m. Et enfin nous finirons par la victoire d’Orlane Grenier sur 1000m benjamines. Cette dernière gagnera avec la manière puisqu’elle a tout de suite pris en main la course et n’a laissé aucune chance à ses adversaires usant de sa belle foulée pour ne jamais relâcher son effort. Avec 3 minutes 32 secondes et 40 centièmes, la jeune gabsienne signera ici un excellent chrono. Malgré les conditions météorologiques le bilan gabsien est donc plutôt positif puisque l’équipe reviendra avec sept podiums.
Voici les résultats complets de nos jeunes gabsiens :
GRENIER Orlane Longueur 3m55 Poids (2 Kg) 6m46 1 000m 3'32''4 ; PERREL Sophie 100m 17''6 Poids (2 Kg) 4m33 Longueur 2m65 ; CATELAIN Julie Poids (3 Kg) 8m89 Marteau (3 Kg) 26m37 ; CIGOLINI Adèle 100m 16''0 Triple Saut 7m04 200m Haies 42''5 ; DELEMER Anais 200m Haies 46''6 Triple Saut 6m44 (NC) 100m 17''3 ; LAMY Jeanne 100m 15''8 Longueur 3m23 ; MENAGER Cécile 200m Haies 40''8 100m 15''3 50m 8''0 Marteau (3 Kg) 23m02 Poids (3 Kg) 7m55 ; PERREL Katy Poids (3 Kg) 5m26 1 000m 4'28''9 Longueur 3m29 ; GILLES Loic 1 000m 3'24''9 Disque (1.0 Kg) 16m00 Javelot (500 G) 18m47 Longueur 3m54 ; LE GUERN Alexandre 1 000m 3'29''5 Marteau (3 Kg) 15m16 100m 15''1 ; LECANU Matthieu Poids (3 Kg) 5m20 1 000m 3'36''9 ; AUCOMTE Louis 100m 13''9 Marteau (4 Kg) 31m52 ; FERAY Simon Longueur 3m72 50m 7''3 Poids (4 Kg) 6m95 LE BAILLIF Kevin Javelot (600 G) 22m31 3 000m 10'47''9 Hauteur 1m35 ; LEBAIR Jordan Hauteur 1m46 1 000m 3'13''6 Javelot (600 G) 20m85 ; LEPLAT Vincent Poids (4 Kg) 7m79 1 000m 3'14''1, 50m 7’'3


Ecrit par Romain le jeudi 25 mai 2006
Lien permanent